Orange Bowl – Le coup du roi

Frédéric Duger, vainqueur, et Mikael Garabédian ont réalisé un doublé historique en Floride.

Après Marc Pendériès en 1982, et Sandrine Mendiburu, l’an dernier, un autre Français vient d’inscrire son nom au palmarès de l’Orange Bowl. Frédéric Duger a remporté à Coral Gables cette prestigieuse épreuve réservée aux meilleurs juniors mondiaux. Fréderic Duger a devancé au classement son compatriote Mikael Garabédian, qui était en tête à l’issue du troisième tour. Duger a signé un 284 (73,72, 70,69) contre 287 à Garabédian (70, 72, 71, 74) et aura été ainsi le seul joueur à jouer dans le par (71).

C’est un doublé fantastique pour le golf français qui a connu une année 1989 très faste. A la fois chez les professionnels avec  l’excellente tenue de Jean Van de Velde, Emmanuel Dussart et Marc-Antoine Farry, et chez les amateurs avec la victoire des dames aux Championnats d’Europe.

Pour arriver à ce doublé historique, les deux Français ont dû sortir le grand jeu face à l’Américain Jonathan Wallace, en tête le premier jour, mais qui avait connu une terrible contre-performance au deuxième tour à cause d’un vent épouvantable (69 et 78). Il avait réussi tout de même à se replacer pour la victoire finale le troisième jour  grâce à un 68. Il était même revenu à la deuxième place à égalité avec Duger.

Frédéric Duger aura été plus constant que son compatriote du Coudray puisqu’il améliora chaque jour son score. Et le dernier jour, c’est sur les greens que se joua la victoire. Mickael Garabédian fut peu performant et termina à cinq coups du champion de Biarritz : »Les greens étaient beaucoup plus lents aujourd’hui, avoua le Parisien. J’ai laissé là des points importants. »

Dans le même temps Frédéric  Duger attaqua tous les faiways, tous les greens, avec détermination : »je savais qu’il fallait attaquer car Wallace était en train de bien jouer, déclara ensuite le Biarrot. Quand je me suis vu au trou 9, à trois sous le par, je me suis senti très en confiance. » Et surtout son putting fit merveille.

Progression logique

La victoire de Frédéric Duger ne constitue pas à vrai dire une surprise. Son exploit est d’avoir battu les Américains chez eux. Pour le reste, on connaissait le potentiel de ce jeune joueur de seize ans de Biarritz. D’ailleurs, toute la saison avec son copain Mikael Garabédian , il avait été toujours aux places d’honneur chez les cadets.

Tous les deux faisaient partie de l’équipe de France éliminée en quart de finale du Championnat d’Europe Boyas. Garabédian avait sorti Duger en demi-finale du championnat de France cadets, avant de remporter le titre.

Au British Boys, Duger était allé seulement en trente-deuxième de finale, battu par l’Anglais Garbutt, tandis que Garabédian était éliminé en quart de finale par l’Anglais Downie. Ensuite, Frédéric Duger devait remporter le Championnat de France mixte de foursome avec sa coéquipière de club Valérie Michaud, avant d’atteindre le cap des quarts de finale du Championnat de France seniors au Touquet, où il fut éliminé par Thierry Edmond. La progression de cet ancien champion de France minimes suit son cours tranquillement.

« Mon ambition est de devenir professionnel  dans trois ou quatre ans, a-t-il déclaré. Pour cela, il faudra que je m’entraine beaucoup. Car j’entends bien venir défendre mon titre l’an prochain. »

Chez les filles, les Françaises ont fait moins bien que les garçons, Maîtena Alsuguren, Kristel Mourgue d’Algue et Stéphanie Lacaze se classant respectivement sixième, neuvième et seizième. Loin derrière l’Espagnole Estefania Knuth, vainqueur en 309, soit treize au-dessus du  (74) !

Garçons : 1. DUGER (Fr), 284 (73, 72, 70,69) ; 2. GARABEDIAN  (Fr.), 287 (70, 72, 71,74) ; 3.De Pablo (Esp.), 289 (73, 72, 72,72) ; 4. Wallace (EU), 290 (69, 78, 68,75) ; 5. Tracy (EU), 291 ; 6. Florioli (lt.), 292 ; 7. Couch (EU), 294 ; 8. Demsey (EU), Sykora (EU), 295 ; 10. Vanden Berg (PB), 298.

Filles : 1. Knuth (Esp.), 309 ; 2. Cavalleri (lt.), 312 ; 3. Horner (EU) ; 4. Vilagut (Esp.) ; 5. Oliveiro (Arg.) ; 6. ALSUGUREN (Fr.), 319 (75, 81, 83, 80) ; 7. Riviello (Mex.), 320 ; 8. Castelucci (EU), 322 ; 9. K. MOURGUE D’Algue (Fr.), 322 ; 10. Brand (EU), 324 ;…16. LACAZE (Fr.), 333 (82,83,85,83).


Laisser un commentaire

Scroll to top